lundi 14 décembre 2015

Calpoly Pomona


High School 

L'une des premières choses que je suis allée voir quand je suis arrivée à Los Angeles, c'est le lycée où mon ami avait été. C'est la Golden Valley High School à Santa Clarita. Les bâtiments étaient fermés mais j'ai pu voir tous les terrains de sport. 

C'est bien plus grand que ce à quoi je m'attendais. Je pensais qu'il n'y avait qu'un  grand terrain de sport mais non. Tout est vraiment immense, comme dans un stade. Nous à côté on est vraiment tout petit et nos petits terrains de sport ne font pas le poids à côté...
A défaut de pouvoir voir un vrai match de baseball (ce n'était pas la saison), j'ai vu un entrainement qui se déroulait dans le lycée, donc j'étais plutôt contente ^^.





 

Calpoly University

Nous sommes aussi allés sur son campus.  C'est l'université de Calpoly à Pomona, environ 1h ou1h30 si je me souviens bien, de Santa Clarita.
Là, je suis entrée dans un autre monde ! Quand je vois ça, les facs pourries de Nice me font pitiés et peine et je vois que notre système est vraiment en retard et ne nous donne pas de bons moyens...
Le campus était une sorte de village, on y trouve des appartements, des pistes cyclables, des routes, un magasin de produits au nom du campus, un starbucks (OMG, on en a que 2 à Nice et eux ils en ont dans leur fac !), une pizzeria (mon ami conduisait la petite voiture et livrait les petites pizzas sur tout le campus), un jardin japonais, et j'en passe... Lui devait rejoindre un groupe de travail, pendant ce temps je suis allée à la bibliothèque pour réviser mes partiels. Et là... je vois 6 étages (au moins) rien que pour la bibliothèque avec un nombre incalculable de tables, d'ordinateurs à dispositions, de rangés de bouquins. Il y avait même un petit coin cosy de fauteuils où je me suis installée. Enfin bref, leurs universités font rêver. Maintenant, c'est vrai que pour eux, faire des études est une chance au vu des sommes colossales que cela nécessite par an. A 23 ans, ils sont déjà endettés de plusieurs dizaines de milliers d'euros...









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire